07.01.19

Permalien 08:07:54, Catégories: LITS ET RATURES  

Vous êtes ici, John Freeman (Actes-Sud)

Dans une librairie, les poètes sont en rangs serrés dans une bibliothéque perdue au milieu d’une marée de romans. Ils font office de miel dans un supermarché.

Freeman, John. Il porte bien son nom : John Lhomme/Libre. Quand on lit ses poèmes, on se balade avec lui au gré des voyages et de ses humeurs. La poésie est trop absente des écrans et de la presse écrite. Les médias la tiennent à l’écart. Les politiciens aussi car un poète est incontrôlable. Les poètes ne sont pas invités ici et là alors qu’ils sont fondamentaux dans l’Histoire de la Littérature. De Ronsard à Apollinaire, de Villon à Baudelaire, de Rimbaud à Michaux, de Lautréamont à Prévert. John Freeman arrive en bout de lignée, comme les bourgeons sur un arbre.
Le titre français de son livre souligne un état présent, même si c’est un lieu désigné on ne sait où alors que l’auteur a titré : Maps, c’est-à-dire Cartes, donc presque le contraire puisqu’elles invitent aux voyages : Paris, Oslo, Richmond, Rio de Janeiro… A vrai dire, les deux sont bons car avant d’être ici il faut bouger vers là-bas.
En format court ou long, Freeman exprime à la fois ce qu’il voit et ce qu’il ressent. Au début, on a un peu de mal à le suivre parce que chaque poète à son propre langage. On doit s’habituer un peu avant de voyager dans sa planète sur le tapis volant de ses rêveries basées sur le quotidien, l’instant présent. Hugo a dit que les poètes ont un monde enfermé en eux-mêmes. C’est valable pour tout le monde d’ailleurs mais peu arrivent à le déchiffrer, sinon la planète se porterait mieux, il n’y aurait pas tant de pauvres ères qui errent sans gouvernail. Hommes avec des emplois mais sans métier. Freeman a ce que l’on peut nommer : fraîcheur d’âme, élans vers les autres, curiosité, appétit de vivre…
Quand on découvre un poète, pas question de le comparer aux phares du passé, tels Cendrars ou Reverdy, Soupault ou Aragon. On se laisse aller dans ses observations comme on regarde le paysage assis dans un train. Son recueil sent le macadam, le réverbère des photos de Brassaï, les fenêtres bouchées avec des parpaings. On est dans l’urbain. Un morceau de Miles Davis avec la sourdine. Des polaroïds qui s’effacent à force d’avoir été oubliés au soleil. Freeman est dans le rôle du fixateur pour aider ceux qui ne regardent plus que le bout de leurs pieds.

-Vous êtes ici, John Freeman. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Pierre Ducrozet. Actes-Sud, 100 p., 15 €

Permalien 00:36:56, Catégories: LA MAISON BLANCHE  

Au Real Madrid, un Ronaldo manque et tout est dépeuplé

Dimanche 6 janvier 2019
18e journée de Liga
Real Madrid 0-2 Real Sociedad
Buts pour les visiteurs: Willian José (3e p., Rubén Pardo (83e)

Passe encore que Marseille se fait jeter de la Coupe de France par Andrézieux (0-2) club de N2, oui Marseille le détenteur de la C1 1993, Marseille avec le “très grand joueur” Payet et cie; passe encore que Nimes se fasse étriller par Lyon-Duchère (0-3), club de N; passe encore que Montpellier se fasse évincer par l’Entente Saint-Gratien (0-1), club de N, mais que le Real Madrid perde à la maison contre le 12e de Liga voilà qui est vraiment ridicule et désastreux de la part d’un club qui vient de gagner 4 des 5 dernières C1.
Ils sont où ceux qui hurlaient sur les toits que la page Ronaldo était tournée au Real Madrid?
Ils se cachent ou alors ils disent qu’ils ne faisaient que répéter ce que les socios disaient, qu’ils ne faisaient que leur travail de journaleux.
Après sa défaite 0-2, le Real n’est que 5e !
Le Real a joué le 6 janvier avec Courtois (goal), Varane, Modric, Kroos et Benzema.
Un Real complet. Tous lamentables sans Ronaldo qui la saison dernière portait l’équipe sur les épaules.
Pendant que Ronaldo fait le bonheur de la Juventus Turin, Modric ne met plus un pied devant l’autre.
En 2019, Ronaldo et Messi seront encore les deux premiers du Ballon d’or. Modrid, lui, est déjà au rayon des joueurs surcotés.
En 2018, il fallait que tous gagnent le Ballon d’or, tous sauf surtout Ronaldo !
Au mieux, on entend: le Real sans Zidane, ce n’est plus rien. Amusant.

04.01.19

Permalien 21:59:07, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

4 janvier 1960. Mort d'Albert Camus, deux jours après la mort de Fausto Coppi


Il y a 59 ans, Albert Camus est mort sur le coup dans une voiture qu’il ne conduisait pas.
Fin absurde pour un écrivain qui ne cessait pas de dénoncer les incongruités de l’existence.
Il avait le pressentiment qu’il mourait d’une mort violente.
Sur lui, il avait le billet de train qu’il n’a pas pris pour faire plaisir à son ami Michel Gallimard qui conduisait la Facel Vega à tombeau ouvert, vu la violence du choc.
C’est la gentillesse qui a tué Camus. Il aurait dû dire non, et remonter à Paris par le chemin de fer.
Au lieu de ça, il est mort dans un tas de ferraille.
Albert Camus me console de tous les imposteurs.
Heureusement qu’il a existé !
Pour moi, il n’est pas mort. C’est un ami supplémentaire.
Quand je le lis, je sens sa présence. Ses phrases palpitent comme un cœur qui bat.

Maudit début d’année.
Fausto Coppi, né le 15 septembre 1919 à Castellania dans le Piémont et mort le 2 janvier 1960 à Tortone.
En deux jours, deux de mes icônes sont mortes.
Coppi,Cerdan sont inégalables.
Ils étaient lumineux. Cela se s’apprend pas.

03.01.19

Permalien 15:19:06, Catégories: LA REVUE DE STRESS  

Man City-Liverpool, 1er sommet 2019

Le leader de la PL se rend chez le 3e. On devrait dire chez le deuxième, tant les Spurs sont des coucous ! J’en suis réduis à vibrer pour des matchs où MU est absent.

Jeudi 3 janvier 2019
21e journée de Premier League
Manchester United 2-1 Liverpool
Buts pour Man City: Sergio Agüero (40e), Leroy Sané (72e)
But pour les Reds: Roberto Firmino (64e)

Classement :
1er Liverpool 54 pts 21 m + 39
2e Man City 50 pts 21 m + 39
3e Tottenham 48 pts 21 m + 25
………
6e Man United 38 pts 21 m + 11

Avant le match:
Voici la première grande affiche de 2019.
Hélas ! sans Manchester United qui joue les seconds rôles à cause de la famille Glazer qui connait aussi bien le football que je suis spécialiste du PNB de la Finlande.
Pour un fan de MU il est inconcevable de voir les Red Devils si loin au classement alors qu’ils ont connu un règne de 20 ans, de 1993 à 2013. Un vrai paradis terrestre, grâce à Sir Ferguson et Eric Cantona.
Ce n’est pas la puissance qui compte mais la joie de vivre.
Désormais, il faut subir la honte de voir Liverpool et les Citizens jouer les premiers rôles.
On remarque que Wenger (ex Arsenal) et Mourinho (ex MU) ont été incapables de prendre la succession laissée vacante par Sir Alex.
L’Ecossais est indestructible. Pacemaker et AVC ne l’ont pas abattu !
Notre cador is back.

Après le match:
Comme prévu et souhaité, les Citizens ont raflé la mise d’un match à très haute intensité des deux côtés.
On s’est régalé, sauf si l’on est pour Liverpool.
Les fans des Red Devils sont contents d’avoir vu perdre Liverpool.
Mieux vaut voir champion Man City que Liverpool.
Le suspens est total: City n’est qu’à 4 points de Liverpool, ce n’est rien.
Dans le cas d’une défaite, les Reds auraient pris 10 points d’avance.
Liverpool n’est pas champion, la route est encore longue.

Permalien 15:10:05, Catégories: GRAND MONSIEUR  

Massacre à la tronçonneuse inside Anfied: Liverpool 5-1 Arsenal.

Retour sur la raclée reçue par les Gunners dans Anfield Road, fin décembre 2018.
L’ex entraîneur du PSG, la risée de la remontada à Barcelone, Emery s’est déjà fait siffler par son propre public à l’Emirates Stadium parce qu’il a sorti Lacazette d’un match, à contre courant du jeu.

<< Page Précédente :: Page suivante >>

Janvier 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software