07.09.20

Permalink 23:29:23, Catégories: GRAND MONSIEUR, BEHRA, FANGIO, SENNA & NORTON  

Lewis Hamilton, beau perdant, salue la victoire de Pierre Gasly, événement pour la France

Dimanche 6 septembre 2020
Grand Prix d’Italie de F1
1er Pierre Gasly/ Honda
2e C. Stainz/ Renault
3e L. Stroll/ RC Mercedes

Ce 6 septembre restera un grand jour pour Gasly, 24 ans, vainqueur d’un Grand Prix de F1. L’unique ou le premier, le futur le dira ? Un grand jour aussi pour la F1 française aussi qui attendait ce succès depuis 1996, date de la dernière victoire tricolore en F1. Quelle attente depuis Olivier Panis !
Ce triomphe d’un jour est arrivé parce que le staff de Lewis Hamilton a commis une bourde incroyable, autorisant son champion a venir au stand alors que c’était interdit. Conséquences ? King Lewis a été obligé de quitter la première place du GP pour venir subir sa pénalité de 10 secondes dans son stand… Le responsable de ce fiasco peut aller se cacher. Hamilton, avec la placidité du champion, condamné à la queue du GP a entamé une remontée fantastique pour finir par prendre la 7e place qui lui a donné en tout 7 points. Pas mal pour une telle sanction qui a profité à Gasly qui a terminé premier d’un GP promis à Hamilton. Pas rancunier, le Britannique est venu congratuler le héros du jour qui la saluait derechef ensuite.
Gasly a déclaré: “Lewis est mon idole depuis tant d’années. Aujourd’hui, je cours avec lui !”
Dans ce GP Leclerc et Verstappen sont allés dans le décor.
Gasly est un très bon pilote qui mérite une équipe leader, a confié Hamilton pas avare de compliments. La classe.
Gasly a fêté dignement son succès. Ce GP sera-t-il le premier d’une série ou le seul de sa vie ?
L’avenir le dira. Gasly est le héros du week-end, à l’inverse de Th. Pinot toujours poissard sur le Tour de France. Le tennisman Djokovic n’a pas été formidable aux Etats-Unis où de rage il a envoyé la balle vers une juge de ligne. “Djoko” a été disqualifié du tournoi. Le Serbe ne doit pas connaître la mésaventure de S. Edberg qui a tué un juge de ligne aux Etats-Unis, en 1983, avec une balle reçu avec tant de puissance qu’il est tombé mortellement sur le sol où il s’est fracassé le crâne.

02.09.20

Permalink 12:01:11, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, VAN GOGH FOR EVER  

"Rien n’est perdu" pour Pierre-Louis Basse (Cherche-Midi)

Beau titre pour dire que la littérature sert à conserver ce qui a disparu- les êtres chers bien sûr- et à découvrir ce qui se cache derrière ce que l’on ne voit pas à première vue. L’art sert à défier la mort. André Malraux nous l’a bien expliqué et démontré. Face au temps qui passe, on est démuni. Voilà pourquoi des écrivains comme Blaise Cendrars nous a prouvé que la poésie doit se vivre avant d’être écrite. Ecrire c’est superflu, disait-il. Pierre-Louis Basse depuis quelques livres, revient toujours sur le passé pour savoir ce qu’il a vécu. Cette introspection est une forme de littérature qui vaut un vrai roman. Ce dernier peut être bien s’il est écrit par un romancier capable de dire ce que dit Basse mais à travers des personnages en action et non pas penchés sur eux-mêmes. Au lieu de ça, on ne voit que des nombrilistes qui bavassent des inepties dans le seul but de passer à la télévision. Quelle est votre actualité ? disent-ils. Il n’y a qu’une actualité, c’est la vie, et non pas la titraille sur des faits-divers.
Rien n’est perdu ressuscite l’histoire d’un jeune garçon des années 1960-1970 né dans une famille communiste. Le communisme des gens qui espèrent un monde meilleur pour tous et non pas les communistes qui nous envoient au Goulag. Un monde aussi meilleur marché ! Au milieu d’une famille aimante, il grandit et surtout tend l’oreille à tout ce qu’il entend. C’est le «petit dernier». Quand on fait attention aux mots, il y a petit et dernier, cela plombe l’avenir surtout si l’on aime le sport. Qu’importe, il aime et aimera le sport, cette actualité heureuse dans un monde de dingos, d’autant plus que son père est professeur d’éducation physique.
Surdoué de l’observation, l’enfant s’ennuie à l’école qui est un lieu où l’on apprend à apprendre au lieu d’apprendre. Ce n’est pas son royaume, l’école. Il ne veut pas être un robot. Pas question qu’on lui coupe les ailes pour en faire un élève sans personnalité. Bon qu’à trouver sa case dans la société. Lui grandira et ira où bon lui semble. D’après une enseignante, il n’était qu’un «bon à rien». En marge de sa quête initiatrice, de la vie, de l’amour avec une dame qui le fait grandir- à tous les sens du terme- , il est confronté à la Camarde, très tôt, dès qu’il s’aperçoit qu’il a pris la place du mort. Exactement comme dans une auto ! On dirait que son frère ainé mort commande tout, et lui, le frangin est à côté du disparu, invisible et si présent. Le narrateur sent qu’il vit à la place d’un autre. Le disparu se prénomme Jean-Jacques et le narrateur Pierre-Louis. Quatre prénoms pour deux personnes. Le prénom composé est comme une assurance-vie. On ne sait jamais. On n’est jamais trop prudent.
Le narrateur souffre d’un maux antérieur bien que ses parents ne fassent jamais vraiment faire peser le poids du disparu sur le vivant, survivant devrait-on dire. Tout le livre est plein de finesse. Un jour, le frère orphelin de frère tombe en arrêt devant «Les Roulottes» de Vincent Van Gogh qui le ramène à sa propre vie. La vie sera cruelle encore une fois, hormis la mort de ses parents qui appartient à l’ordre des choses comme l’on dit. En effet, la fille du narrateur perd son bébé qui vient de naître. Eternel recommencement ? Coup du sort ? Redite de l’histoire à force de trop compresser ce que l’on ne veut pas dire ? Il perçoit la lumière que diffuse «Les Roulottes». Ces bohémiens c’est lui, sa famille, c’est nous aussi. On erre tous. On ne sait pas où l’on va mais on y va. L’important c’est le trajet pas la destination que l’on connait tous. On a un départ différent mais le terminus nous est commun. La beauté de l’art nous parle et nous console. Il ne savait pas à l’époque que Van Gogh était lui-aussi orphelin d’un frère dont il portait en plus le même prénom. Ses parents n’y sont pas allés de main morte.
Le livre va au-delà du simple témoignage parce que Pierre-Louis Basse est un artisan qui se bat avec le langage. Il a la politesse de rendre une copie pleine de grâce. Il laisse place à la trouvaille stylistique, selon le souhait d’André Breton. Pierre-Louis Basse a trouvé son style. Un impressionniste égaré au XXIe siècle. Tout en petites touches, un millefeuille d’émotions empilées mais pas comme des assiettes sales. C’est le disque dur de sa famille et de sa génération. Ce livre sur la présence d’un fantôme constant qui guide vous pas est à ranger à côté du livre de Jérôme Garcin qui lui aussi a perdu un frère (Olivier) comme jadis aussi Patrick Modiano. Un air de famille les unis. Les condamnés au chagrin à perpétuité. Van Gogh, quand il a peint cet homme qui se prend la tête sur sa chaise, ne savait pas qu’il faisait le portrait de tous ceux qui comptent pour deux. Il titra le tableau titré: Sorrow (tritesse). Quand on voit Pierre-Louis Basse, on peut lui dire : Bonjour, Jean-Jacques… Il ne se retournera pas et vous embrassera.

-Rien n’est perdu, Pierre-Louis Basse. Cherche-Midi, 158 p., 17 €

[Post dédié à feu Pierre Drachline]

01.09.20

Permalink 15:37:06, Catégories: GOOOOL DO BRASIL !  

Nike lâche Neymar repris par Puma alors qu'au Brésil l'image du joueur perdant sert à illustrer la mauvaise passe du Brésil

Neymar a été médiatisé très tôt. Trop tôt. Il est possible que sa carrière soit abrégée car il faut compter les années de sa prime jeunesse. A force de brûler les étapes afin d’être vite une machine à cash, il se peut que sa carrière sportive en souffre avant d’atteindre la pleine maturité de son jeu qui stagne.

Après 15 ans d’utilisation de son image par Nike, Neymar va signer chez Puma, la marque allemande fondée par le frère du fondateur d’Adidas.
La tambouille économique du football n’en finit pas. Les victimes ? Les consommateurs qui paient plus cher afin que l’on puisse couvrir d’or les footballeurs les plus en vue médiatiquement.
-"Je confirme que Neymar n’est plus un sportif Nike", a dit Josh Benedek, porte-parole du groupe. Comme si Neymar quittait un club pour un autre.
No comment ! Circulez, il n’y a rien à voir. Et surtout pas de but en finale de C1 gagnée par le Bayern Munich contre le PSG.
S’il avait marqué et gagné, Neymar serait actuellement au firmament.
Sans C -19, il aurait même reçu le Ballon d’or 2020, non attribué cette année alors que le gardien Neuer le méritait cent fois.
Le football a toujours le dernier mot. Le terrain rien que le terrain.
En équipe nationale, Neymar sera toujours une icône Nike.
A l’heure qu’il est, le visage en larmes de Neymar, pas à son avantage après la défaite contre le Bayern, illustre beaucoup de journaux au Brésil pour signifier que tout le pays, mal dirigé, traverse une très mauvaise passe aggravée par le C-19.
Lors de la finale de C1 2020, la pression était trop forte sur Neymar:
1/ Il devait faire gagner la 1ere C1 au PSG
2/ Il devait prouver qu’il prenait le relais de C. Ronaldo et Messi.
Ce fut le fiasco intégral. Comme si être finaliste était son maximum.
Neymar croit qu’il retournera en finale l’an prochain.
C’est facile à dire.

30.08.20

Permalink 18:56:53, Catégories: GRAND MONSIEUR, BEHRA, FANGIO, SENNA & NORTON  

King Lewis Hamilton : 89 Grands Prix (Série en cours)

King Lewis avec le légendaire sir Frank Williams. A regarder sans jamais vouloir l’imiter.

Dimanche 30 août 2020
Grand Prix de Belgique de F1
1er Hamilton, Mercedes
2e Bottas, Mercedes
3e Verstappen, Honda

Classement championnats du monde
1 Lewis Hamilton 157 points
2 Max Verstappen 110
3 Valtteri Bottas 107
4 Alexander Albon 48
5 Charles Leclerc 45

King Lewis continue sa promenade de santé quand Charles Leclerc finit péniblement à la 14e place.
Quand Lewis gagne c’est grâce à sa voiture et quand Leclerc perd c’est à cause de sa voiture !
Faux ! Hamilton est en osmose totale avec son équipe, ingénieurs et mécaniciens. Il connait sa voiture sur le bout des doigts, à l’écoute du moindre cliquetis. Il a été à l’école de Monsieur Niki Lauda. Un pilote n’est pas qu’un manieur de volant.
Leclerc a beaucoup un long chemin devant lui. Les médias ont fait du tort à Leclerc en le survendant.
Hamilton est une machine à gagner.
A l’arrivée, il a eu la délicatesse de dire:
-"Bien sûr, je sais que les gens ne veulent pas forcément voir ce qu’ils ont vu…”
Quelle classe ! Il s’excuse de dominer sa discipline.
Nous tenons-là un vrai champion, de la dimension de Pelé et M. Ali.
C’est l’anti-Neymar. Le Brésilien n’est pas bon que dans les pages de journaux.
Gagner un GP c’est comme gagner une C1 tous les dimanches !
King Hamilton est passionnant à voir courir.
Le casque ne le coupe pas des passionnés de F1.
Un passionné de F1 est un amateur compétent et non pas un abruti qui se prend pour Hamilton sur une RN.
Hamilton est en pleine activité aussi grand que Fangio, Clark, Hill, Lauda, Senna, Schumacher.
La F1 vit l’un de ses temps les plus forts.
A bientôt 36 ans, King Hamilton n’est pas prêt d’abdiquer.
On n’a pas fin de le voir tourner comme les aiguilles d’une horloge.
Le tic-tac de son talent nous console de tous imposteurs qui paradent dans le vide spirituel.
Le GP d’Italie qui arrive à pas de loup s’annonce grandiose avec Mercedes dominateur sur les terres de la Scuderia.

Record de victoires en Grand Prix de Formule 1

1 Michael Schumacher 91 en 307 courses
2 Lewis Hamilton 89 en 256 courses

Nombre de sacres de champion du monde
1er Michael Schumacher 7 (1994-1995-2000-2001-2002-2003-2004)
2 Lewis Hamilton 6 (2008-2014-2015-2017-2018-2019)
3 Juan Manuel Fangio 5 (1951-1954-1955-1956-1957)

Permalink 11:56:48, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

L'OGCNice leader de L1. Vieira s'impose plus que "Titi" Henry

Samedi 29 août 2020
2e journée de L1
À Strasbourg, stade de la Meinau,
RC Strasbourg 0-2 OGC Nice
Buts pour le Gym: Dolberg (38e p., 59e)

RC Strasbourg : Kawashima - Lala, Djiku, Kone © (Waris, 46e), Carole (Caci, 64e) - Sissoko, Simakan, Chahiri (Zohi, 64e) - Bellegarde (Liénard, 83e), Ajorque, Thomasson (Saadi, 63e).

OGC Nice : Benitez - Lotomba, Pelmard, Dante ©, Kamara - Schneiderlin, Lees-Melou, Thuram (Trouillet, 78e) - Sylvestre (Lopes, 62e), Dolberg (Ndoye, 90e), Gouiri.

Classement provisoire

1 OGC Nice 6 pts 2 mats + 3

Nice a bien démarré sa saison. Les bons débuts de saison sont très importants car les clubs qui débutent mal se forgent un handicap d’emblée.
Voilà déjà six points de prix. Le prochain match du Gym est à nouveau à l’extérieur. Montpellier qui a mal démarré a un besoin urgent de points. Match très difficile en vue.
Nice version anglais a des moyens très importants. Le club peut s’offrir des joueurs très chers mais il ne le fera pas.
La sage politique est de faire signer des joueurs au gros potentiel genre Atal, hélas! souvent blessé.
Des jeunes mais aussi de solides garçons au très bon football, tels Benitez, Dante, Lees-Melou (totalement sous-coté- et Dolberg.
Le club est très bien dirigé. Et l’avenir s’annonce grand.
Nice attend un retour au premier plan depuis longtemps.
Patrick Vieira a pu faire ce qu’il voulait dans la mesure du possible à l’intersaison.
Il ressemble au Vieira joueur: solide et intelligent. Pas un gramme de frime. Grand travailleur.
Après Puel et Favre, il a très bien pris la succession. A l’inverse de “Titi” Henry qui s’est noyé à Monaco avant d’aller tenter de rebondir au Canada dry du football. Henry a mal débuté sa carrière d’entraîneur qui comme une saison a besoin d’un bon départ. Sinon, la galère remplace le paquebot.

<< Page Précédente :: Page suivante >>

Septembre 2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software