05.01.20

Permalink 12:16:44, Catégories: GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT  

Requiem pour Fausto Coppi mort le 2 janvier 1960

Il y a 60 ans disparaissait Coppi.
Le campionissimo est oublié, scandaleusement en France alors qu’il fut l’un des plus grands héros sportif de tous les temps.
Il avait de la classe, sur et loin du vélo.
Une présence sensationnelle.
La force et la douceur, dans un même être humain.
Il reste un modèle.
Coppi m’apporte autant que Vermeer et Pessoa. Woolf et Colette.
Quand on voit la racaille qui empeste la presse, on a envie de gerber.
Tant de lignes sur un ambassadeur de l’imposture et rien sur un homme qui diffusait la grâce.
Vive Coppi !
Vive Camus !
Ils sont bien plus perceptibles que tant de minables vivants.
En ce qui concerne le vélo: les champions français actuels n’ont pas 10% de son talent.
C’est comparer les chansons de Grand Corps Malade avec celles de Léo Ferré. L’inventeur du slam moderne en France ? Ferré !
Dire qu’il pleut quand il pleut, cela ne suffit pas.
La littérature ne se donne pas à tout le monde.
Il faut être appelé et non pas élu !

Permalink 01:00:18, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT  

Le 2 janvier et le 4 janvier 1960, le monde a perdu Fausto Coppi et Albert Camus

Mon hommage à Albert Camus sur CNews, le 4 janvier 2020 dans l’émission de Julien Pasquet et Sophia Rousseau, entre 18′50′’ et 25′50′’:

https://www.cnews.fr/emission/2020-01-04/integrale-week-end-2e-partie-du-04012020-914225

Le 2 janvier 1960
Fausto Coppi est mort des suites d’une forme de Malaria. Il aurait pu être sauvé mais il a mal été soigné. .

Le 4 janvier 1960
Mort d’Albert Camus, passager dans la voiture de Michel Gallimard, une Facel Vega. Mort absurde: il ne conduisait pas et avait dans sa poche un billet aller retour Paris-Lourmarin.

En 2020, Camus est présent, mais les médias oublient outrageusement Coppi. Comment ne peut-on pas saluer l’immense coureur… Cela me dépasse !

02.01.20

Depuis 2014, Man United a dépensé plus d'un milliard d'euros pour perdre 2-0 à Arsenal

Pour voir bien jouer MU, il faut regarder YouTube !

Mercredi 1 janvier 2020
Arsenal 2-0 Manchester United

MU était déjà mené 2-0 en première mi-temps.
Un MU lamentable. Des tricoteurs de frousse. Un football imbécile.
Aucun de ces joueurs ne restera dans l’Histoire du club, à part au rayon des plus pires du club.
Qu’est-ce qu’un Red Devil ?
Un joueur de grand caractère, autant fort techniquement que physiquement. Un joueur hyper intelligent, malin, courageux. Un joueur fier, haïssant la défaite.
Tous les joueurs actuels touchent beaucoup d’argent grâce à Cantona, Giggs, C. Ronaldo et Scholes, tous de vrais champions.
Aujourd’hui, la star serait Pogba. Il ne joue jamais !
Solskjaer a fait illusion.
Depuis le départ de Sir Ferguson, le club a dépensé 1 milliard d’euros pour ne pas avancer d’un centimètre dans la construction d’un renouveau.
Le football a disparu dans la club qui ne vit plus que sur son prestige passé.

01.01.20

Permalink 18:44:15, Catégories: LE GYM E BASTA, ANQUETILLEMENT  

BONNE ANNEE 2020 !

Permalink 18:41:25, Catégories: LITS ET RATURES, ANQUETILLEMENT  

Camps (Nice-Matin), Laborde (Nouvelle République des Pyrénées), Romedenne (France 2) et Cérésa (Service Littéraire) aiment Vintage Vélo Club, de Bernard Morlino (Gründ)

Gino Bartali et Fausto Coppi. Je les aime autant que Rembrandt et Baudelaire. Je prends mon miel au bon me semble. Suis-je passéiste ? Non ! Les livres sur les sportifs en activité ne sont que de la basse communication. Je préfère écrire un bel album qu’un exécrable roman. Et surtout, je n’ai pas dit mon dernier mot. (Mon préfacier s’exprime de l’au-delà, grâce à notre correspondance, ses chroniques parues et autres textes. Un puzzle émotionnel).

Philippe CAMPS, Nice-Matin, 27 octobre 2019 :

-"Bernard Morlino ? Faut le suivre. C’est un passionné. L’écouter est un régal. Le lire un plaisir. Après le football et le rugby, il s’attaque au vélo. Les champions, les oubliés, le Tour, les classiques, le Ventoux, le dopage, les exploits, les défaillances : tout y passe. Plus qu’un livre, c’est un album de famille, une bible, un voyage dans le temps. Bernard Morlino est écrivain, biographe, chroniqueur littéraire, blogueur, consultant, fou, génial et Niçois. Bref, il n’a que des qualités. Grâce à lui, le passé n’est jamais vieillot. Le vélo non plus. Huit mois avant le grand départ du Tour à Nice, il serait inconscient de ne pas se procurer Vintage Vélo Club. C’est un conseil d’ami".

Christian LABORDE, La Nouvelle République des Pyrénées, 9 novembre 2019:

-"Le Père Noël a, cette année, deux mois d’avance. Serait-ce le dérèglement climatique ? Non, juste Bernard Morlino qui est en librairie. Les livres de Morlino sont toujours des cadeaux. Morlino connait la langue française, possède une mémoire d’enfant, c’est-à-dire d’éléphant. Il se souvient de tout et de tous, des vélos Helyett que chevauchait Darrigade, de la chute de Roger Rivière, en 1960, dans la descente du col du Perjuret, des mots de Raymond Mastrotto, des artistes qui, d’ Yvette Horner à Dustin Hoffman en passant par Joséphine Baker, ont fait un tour sur le Tour. De très belles histoires, de très beaux portraits, servis par une iconographie savoureuse – la photo de Rik Van Steenbergen, page 182 par exemple ! – et par une mise en page qui relève de la mise en swing. Un livre coloré donc, et animé. Animé, oui, comme un dessin animé. Et animé parce qu’il a de l’âme, ce book !”

Patrice ROMEDENNE, Télématin/ France 2, 14 novembre 2019:

-"Effet madeleine de Marcel Proust. L’album de famille du cyclisme mondial".

François CERESA, Service Littéraire, janvier 2020:

-"Bernard Morlino connaît tout sur le vélo. Morlino qui rime avec vélo, ne déraille jamais. Il freine à temps, sagace et savant, aussi averti que Blondin et Nucéra sur Anquetil et Poulidor. Comme Coppi, il transforme les cols en lignes droites. Comme Bartali, la mesquinerie et la trahison ne font pas partie de son lexique (…) Tout va vite, fonce, grimpe, dévale, dans le style cursif, avec moult clins d’œil à Tristan Bernard, Malaparte, Buzzati, Fallet, Morand, Jarry. On ne perd jamais les pédales (…) Passionné de foot, de cinoche, de cycle, de Berl, de Soupault, il nous fait obtenir notre droit de vélo. Comme le disait saint Augustin, tout cela est une question d’amour. Vélo n’est-il pas l’anagramme de vélo ?”


-Vintage Vélo Club, Bernard Morlino. Préface de Louis Nucéra. Gründ, 188 p., 24, 95 €.

[Post dédié à Raymond Poulidor]

<< Page Précédente :: Page suivante >>

Janvier 2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software