13.12.18

La France cherche un nouveau de Gaulle

Le président (1961), Henri Verneuil. D’après Simenon. Dialogues de Michel Audiard. Cette scène mythique à l’Assemblée nationale est 100 % d’Audiard. Elle ne figure pas dans le roman de Simenon. Un exercice de style de haut vol. Indémodable malgré le baratin des politicards.

Je vais cesser d’écrire sur la situation français actuelle, tant je rabâche la même chose depuis des années.
Le Ve République est à bout de souffle.
On ne se reconnait plus dans les députés car dès qu’ils sont élus, ils abandonnent leur camp respectif puisqu’ils deviennent tous députés. Donc tous pensent à défendre leurs biens communs. La preuve, ils décident eux-mêmes d’augmenter leur salaire.
La démocratie a bon dos. Comme elle est trop clémente avec la voyoucratie, on n’est plus protégé.
La classe politique se protège d’abord elle-même.
Comme les puissants sont intouchables, c’est le peuple qui trinque.
Médiatiquement, plus besoin de frapper les dits puissants.
Les casseurs peuvent casser tout ce qu’ils veulent tant que ce n’est pas la voiture d’un ministre ou d’un député.
En 2018, en France, on ne peut plus marcher libre dans la rue.
Soit on peut se faire tuer par un frappadingue. Vous n’êtes pas sans savoir qu’on laisse en liberté des bombes humaines à retardement.
Soit on se fait alpaguer par la police parce qu’on roule à 50 au lieu de 30 km/h.
Le gilets jaunes ont pris la parole parce que le peuple est tenu à l’écart, rien que des cochons de payants.
La France est en crise. Il nous faudrait un nouveau Charles de Gaulle.
On entend souvent: faut pas croire à l’homme providentiel.
Sans doute, mais croire dans de simples communicants, certainement pas.
De Gaulle avait un seul attaché de presse: son talent.
Et un seul parti: la France.
Précision importante: il était patriote et non pas nationaliste.
Un patriote aime son pays. Un nationaliste déteste les autres.

[Post dédié aux victimes de Strasbourg]

Permalien 14:01:36, Catégories: GOOOOL DO BRASIL !  

Neymar signe au FC Banque du Qatar

Officiel, en plus du PSG, Neymar vient de signer au FCBQ, le Football Club de la Banque du Qatar.
Même Messi n’a pas eu droit à cette plus-value.
Voilà qui est belle claque donnée au FC Barcelone !
Neymar va donc rester à vie à Paris ou alors il retourne au Barça sponsorisé aussi par le Qatar.
Le joueur phare du PSG vient de se lier financièrement avec QNB Groupe au sein duquel il est désormais l’ambassadeur.
Un footballeur c’est plus visible qu’un écrivain, un savant ou un musicien.
Un footballeur on peut le voir souvent dehors pendant 1 h 30, à l’air livre, véritable spot publicitaire ambulant.
-«Très heureux de ce partenariat et d’être devenu ambassadeur mondial d’un groupe aussi fort», a posté le staff de Neymar sur Twitter.
Le jackpot ! Encore plein de millions d’euros qui tombent dans la tirelire du brésilien de Bougival.
Son père a signé le partenariat avec la banque qatarie car il est aussi le tiroir caisse du fiston, à tous les niveaux y compris la publicité. Le contrat date du temps où son fils était mineur.
Neymar devient aussi l’ambassadeur au niveau planétaire de QNB, l’un des plus gros sponsor du PSG.
Le foot-fric n’en finit plus de régner.
Cette saison 2018-2019, Neymar espère remporter la C1. C’est possible, s’il parvient à rester joueur décisif au plan collectif et individuel comme lors du match à Belgrade gagné superbement par le PSG.
A l’entrée de l’hiver, Neymar est sur une bonne dynamique, très bien conseillé par Thomas Tuchel qui est un brillantissime entraîneur.
On ne pouvait pas souhaiter mieux pour le PSG que Tuchel. Autant Emery fut une erreur de casting, autant Tuchel est the right man in the right place.

Permalien 10:47:30, Catégories: LITS ET RATURES  

Livres : bons d’entrée (Apollinaire, Ponthus, Magret, Morales, Debord, Dumas, Mirabeau frère, de las Cases, Winock, Dumas-Merlin...) et aussi les bons de sortie !

A la manière de René Magritte.

Les bons d’entrée :

-Tout terriblement, Guillaume Apollinaire. Edition et préface de Laurence Campa. Poésie/ Gallimard, 152 p., 8,30 €. Une anthologie de poèmes du père de la modernité du XXe siècle.

-A la ligne, Joseph Ponthus. La Table Ronde, 267 p., 18 €. Somptueux long poème de bruit et de fureur, dédié à tous les travailleurs plein de sang, de larmes et de sueur.

-L’Effroi mousquetaire, Jules Magret. Les Belles Lettres, 257 p., 19 €. Le fils spirituel de Dumas et Dard a encore frappé !

-Tais-toi quand tu écris, Thomas Morales. Pierre Guillaume de Roux, 240 p., 22 €. Suite de chroniques sur un esthète qui préfère Albert Cossery à la racaille moderne.

-Stratégie, Guy Debord. L’Echappée, 528 p., 24 €. Un autoportrait du situationniste qui haïssait la politique spectacle par le biais de ses fiches de lecture.

-Le Sphinx rouge, Alexandre Dumas. Edition de Radu Portacala. Cherche Midi, 714 p., 22 €. Découverte d’un roman de capes et d’épées comme en n’en fait plus. Dumas de cocagne !

-La Morale des sens, Vicomte de Mirabeau. Libretto/ Phébus, 215 p., 8, 70 €. Par le frère de…, une ambiance proche du sensuel Verrou, par le peintre Fragonard.

-Le Mémorial de Sainte-Hélène, Emmanuel de Las Cases. Edition établie par Thierry Lentz, Peter Hicks , François Houdecek & Chantal Prévot. Perrin/ Fondation Napoléon, 860 p. 29 €. Premier tome du «manuscrit retrouvé» d’une prestigieuse édition en quatre volumes. Dans l’intimité de l’exil de l’empereur déchu.

-Le monde selon Victor Hugo, Michel Winock. Tallandier, 315 p., 20, 90 €. Le père des Misérables sa vantait d’avoir «fait l’amour dix-neuf fois pendant sa nuit de noces». Le jour de ses obsèques, les filles de joie n’ont pas fait payer.

-Nicolas le philosophe, Alexandre Dumas & Christophe Merlin. Grasset, 30 p., 19, 90 €. BD divinement vieillotte sur un sage qui se dépouille pour atteindre la liberté du sifflotement.

Les bons de sortie :

-Journal de travail des Raisins de la la colère (1938-1941), John Steinbeck. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) et préfacé par Pierre Guglielmina. Seghers, 210 p., 17 €. Procrastination ou perpétuelle plainte, ce livre est aussi agaçant par le manque de confiance de l’auteur que la suffisance des prétentieux sans talent.

-Qu’est-ce qu’un chef ? Pierre de Villiers, Fayard. Le désordre c’est l’ordre moins le pouvoir, a écrit Léo Ferré.

-Fragile, Muriel Robin (XO), Tremble, Catherine Laborde (Plon) et Devenir, Michelle Obama (Fayard). Un mot pour titre, nouvelle mode dans l’édition people.

-Manuel de la guérilla médiatique, Raquel Garrido (Michel Lafon). Bouquin pour passer à la téloche tout en dénonçant le système de l’idiot-visuel.

-Névroses médiatiques, Gilles William Goldnadel (Plon). Une version de l’arroseur arrosé.

12.12.18

Hélas ! je t'aime, correspondance Arletty & Soehring. Edition de Denis Demonpion. (Cherche-midi)

Superbe montage. On s’y croirait ! Bel hommage.

Ce livre est réservé aux admirateurs de la grande actrice. Combien en reste-il au seuil de la 3e décade du XXIe siècle ? Peu, très peu. Voici la correspondance de la grande comédienne avec son amant allemand, Hans Jürgen Soehring.
Quand on accusa Arletty d’avoir fricoté et plus que ça avec un occupant, elle décocha:
-"Mon cœur est Français mais mon cul est international !”
Un mot à la fois digne de Sacha Guitry et de Céline, son ami.
Arletty n’a jamais été dans l’univers des collaborateurs, des agents de la gestapo. Rien de tout cela, aucune intelligence avec l’ennemi.
Ce n’était pas une mauvaise française parce qu’elle a suivi les élans de son cœur et du reste.
Elle n’a pas tendu la main à Hitler ni à Pétain.
Elle a aimé un Allemand car elle se moquait du qu’en dire-t-on. Féministe avant l’avant, elle jouait à hauteur d’homme avec Jean Gabin et Michel Simon.
Sa correspondance amoureuse confirme son tempérament que rien n’arrête.
A 43 ans, elle assume son coup de foudre avec un Allemand trentenaire.
Leur histoire aura des hauts et des bas- avec une absence de correspondance d’1 an ½ à partir de la mi-août 1944.
L’éditeur du livre, Denis Demonpion, parle d’un «amour transgressif». A juste titre.
A la fin de la guerre, comme on tondait les Françaises trop proches avec les occupants, elle n’a pas vécu dans une grande sérénité.
A partir de 1948, Arletty se fait plus distante. Elle a toujours été très indépendante.
Elle apprend que le bel officier a une liaison avec une étudiante.
Arletty reprend ses distances mais reste liée avec celui dont elle apprend qu’il s’est noyé au Congo le 9 avril 1960.
Arletty reste la plus grande actrice française, avec Maria Casarès. Deux Déesses du XXe siècle.

-Hélas ! je t’aime, correspondance Arletty & Soehring. Edition de Denis Demonpion. Cherche-midi, 560 p., 24, 90 €

11.12.18

Un fabuleux Neymar dans un grand PSG qualifié pour les 8e

Mardi 11 décembre 2018
Champions League
6e et dernière journée de phase de poules
Etoile Rouge 1-4 Paris PSG
But pour les Serbes: Marko Gobeljić (56e)
Buts pour Paris: Edinson Cavani (9e), Neymar (40e), Marquinhos (74e), Kylian Mbappé (90e + 2)

Thomas Tuchel est une très grande acquisition pour le PSG. L’entraîneur allemand sait concerner tous ses joueurs qu’il implique dans un projet commun.
Le PSG est sorti premier du Groupe de la mort avec Liverpool. Naples reste sur le carreau.
Neymar a été grandiose. A la 88e minute, il a défendu avec les crocs. Et quatre minutes plus tard, il a donné un caviar à Mbappé.
Le reste du temps, il était à la baguette.
Sans doute le plus grand match du Brésilien en C1 à l’extérieur, sous le maillot du PSG.
Neymar depuis le mois d’août 2018 a rectifié sa façon d’être. Il s’est reconcentré sur le jeu, et c’est admirable. Avec Messi et Ronaldo, il appartient au tiercé des trois meilleurs joueurs du monde. Au diable le titre mondial de 2018. Un titre n’a rien à voir avec la valeur des joueurs.
Le virtuose au numéro 10 fait jouer ses coéquipiers, plus du tout obnubilé par la galerie à épater.
Paris n’a jamais eu peur. Même à 1-2.
Avec Emery, le PSG avait la trouille, sans cesse.
Avec Tuchel, Neymar joue pour l’équipe.
Le match fondateur en C1 fut sans doute la défaite 3-2 à Liverpool. Paris avait été mené 2-0 avant de revenir 2-2 puis de céder à la fin, juste après avoir frôlé le 2-3.
Depuis cette défaite, le PSG s’est bien repris en C1.
A Belgrade, on a vu un Paris déterminé, conquérant, convainquant.
Tuchel a fait des bons choix: titularisation de Buffon, et Rabiot pas présent au coup d’envoi.
Les attaquants parisiens ont marqué trois fois avec les membres de son trident offensif.
L’entente Neymar-Mbappé a illuminé la soirée.
Merci à eux. Et rendez-vous en 8e. Pourvu que ça dure !

Autres résultats très attendus:
-Liverpool 1-0 Naples
-Monaco 0-2 Dortmund/
-Barcelone 1-1 Tottenham/
-FC Bruges 0-0 Atletico Madrid/

<< Page Précédente :: Page suivante >>

Décembre 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software