29.10.20

Permalink 10:27:01, Catégories: LITS ET RATURES, LA REVUE DE STRESS  

Dans le pays des Encyclopédistes, les librairies ne sont pas une "nécessité première".

Sous le nazisme, on brûlait les livres en Allemagne. Sous le C-19, les librairies sont fermées, ce qui revient au même. Les livres sont aussi indispensables que l’air et l’eau. On nourrit son cerveau autant que son ventre ! Il faut dire que les références de Macron sont Ph. Besson - et non pas Patrick- et S. Bern. On est très loin de De Gaulle et Malraux. Seuls sont épargnés, les sociétaires du GAFA.

Les médecins disent que la “contamination se fait dans la sphère privée” et l’Etat ferme les lieux publics.
Non seulement, les morts s’entassent mais l’économie s’écroule.
Tous les jours des gens meurent et d’autres naissent.
Rien de nouveau.
Seuls les plus robustes restent en vie.
Tout ça parce que les politiciens ont supprimé des lits.
Ils ont massacré l’hôpital public et la sécurité public.
Nous trinquons à cause des incompétents.
On nous dit que les masques ne servent à rien, avant de nous dire qu’il faut en porter, mais si l’on en porte cela ne change rien puisqu’ils nous enferment chez nous.
En revanche, ils laissent ouverts les cimetières.
Bientôt, ils vont nous mettre en prison parce qu’en devenant parents on met des futurs morts sur terre.
Kafka et Jarry sont plus que jamais d’actualité.
La vérité c’est qu’ils laissent tous les puissants travailler.
Plus le magasin est petit plus il doit fermer.
Les grandes surfaces s’engraissent sur le dos du C-19.
Gouverner n’est plus prévoir.
Gouverner ? L’Elysée = un Olympia et parfois un simple Point-Virgule. Il faut y aller pour ensuite faire des tournées en province pour y vendre de lamentables bouquins que des victimes du PAF achètent pour avoir l’autographe de l’imposteur qui se prend pour un écrivain. Tout ça sont des attaques contre la littérature. On peut parler de délinquants de la littérature. S’il existait un permis d’écrire, ils ne pourraient pas dépasser la première ligne, sans aller dans le mur !

28.10.20

Permalink 00:03:31, Catégories: LA MAISON BLANCHE  

Le Real en sursis avec son nul en Allemagne

Zidane est loin d’avoir tourné la page du Real Madrid. N’est-il pas champion d’Espagne sortant ?

Mardi 27 octobre 2020
Ligue des Champions
Borussia Mönchengladbach 2-2 Real Madrid
Buts pour M’gladbach: Marcus Thuram (33e, 58e)
Buts pour le Real : Karim Benzema (87e), Casemiro (90e +3)

Mené 2-0, le Real a bien réagi, et même très bien réagi.
Les grandes équipes ne meurent jamais ? Pour l’instant c’est vrai.
Le point acquis est important car le Real se maintient en vie.
A présent, le Real n’a plus droit à l’erreur.
Il faudra que les Madrilènes fassent le plein de points contre l’Inter Milan, ce qui n’est pas gagné d’avance.
Au Real, Hazard est pour l’instant le fiasco de Zidane.
On croyait tant à ce joueur qui joue des bribes de match.
Hazard est-il le genre de joueur, bon à Lille, très bon à Chelsea, et incapable de s’imposer dans un club mythique comme le Real.
Qui nous dit que Mbappé réussirait au Real ?
Pour l’instant, il est surtout fort contre Dijon, le dernier de L1. Dès qu’il tombe sur Man United, pourtant faible actuellement, il devient transparent. En fait le Qatar a pris Neymar et Mbappé pour gagner la L1. La C1 reste de la science-fiction. Mbappé ne veut pas prolonger pour l’instant, histoire de faire monter les enchères. C’est monnaie courante dans le football
Regardez Griezmann à Barcelone. On le traite comme un enfant dans la cours des grands. Vérité en deçà de l’Atletico Madrid, erreur au-delà.
Pareil pour Payet à Marseille. 500 000 € par mois pour quoi faire ? Au moins Neymar fait des pubs !

27.10.20

Lewis Hamilton, vrai champion dans un monde de sportifs frelatés

Le C 19 fait passer sous silence ses exploits répétés. En France, on le sous-médiatise. La presse est tant Mbappétisée, Neymardisée qu’elle confond un champion avec des vedettes du PAF. Les grandes stars ne jouent pas à Paris où il n’y a ni Messi ni Ronaldo. Le rugby c’est Maso, pas Chabal. Le tennis c’est Federer, pas Gasquet. Le football c’est Cantona, pas Griezmann. La F1 c’est Hamilton, pas Grosjean.

1/ C’est lui qui rend la voiture meilleure et non pas le contraire, tant il sait communiquer à son staff tout qu’il ce faut améliorer côté mécanique.

2/ Sa passion est devenue de la compétence.

3/ Mental d’acier. La pression et la concurrence le stimulent.

4/ Un sang froid exceptionnel.

5/ Conduit sa voiture avec grande fluidité. La traite comme si c’était un cheval, un être vivant. Il est agressif au bon moment. Le reste du temps, il adapte la voiture aux contours de la piste. Sa conduite découle d’une sensibilité de chaque instant.

6/ Une anti star. Le contraire de Neymar. Rien de surfait. Il aime ce qu’il aime. Ce n’est pas un homme-sandwich. Lui, prête son corps. Ne vends pas son âme.

7/ Sait rester neuf à chaque course malgré son immense expérience. Vit chaque GP comme si c’était le premier et donc le dernier.

8/ Travailleur acharné lors des essais privés avec son équipe qu’il traite à son égal.

9/ Très bien élevé par ses parents. Son père l’a programmé pour qu’il se réalise comme pilote car il a senti très tôt son potentiel: il s’est saigné aux quatre veines pour que son fils soit heureux.

10 / Il s’inscrit dans l’Histoire de son sport. C’est le seul pilote de sa génération qui a fréquenté les grands anciens avec un immense respect: de Moss à Lauda. Ils l’ont reconnu comme un des leurs. Il est en connexion avec le passé. Comme Soupault aimait Apollinaire.

26.10.20

Permalink 09:55:23, Catégories: GRAND MONSIEUR, BEHRA, FANGIO, SENNA & NORTON  

Historique: Hamilton devient le pilote de F1 numéro 1 avec 92 Grands Prix

Hamilton a gagné 92 GP de F1… Aussi incroyable que Rafael Nadal qui a gagné 91 matchs à Roland Garros pour conquérir 13 Open de France.

Dimanche 25 octobre 2020
Grand Prix du Portugal
1er Lewis Hamilton (Mercedes)
2e Bottas (Mercedes)
3e Verstappen (Red Bull)

Grand jour pour la F1. Hamilton coiffe la couronne de meilleur pilote de tous les temps, devant le maudit Michael Schumacher qui a évité la mort si souvent en voiture avec de se blesser très gravement lors d’une sortie en ski.
C’est pourquoi nous ne réjouissons pas bêtement, y compris Lewis Hamilton.
N’empêche, le prodigieux pilote anglais a gagné une nouvelle fois un Grand Prix avec une grande classe. Au départ, il a été surpris par la pluie, question de pneus. Le temps que les commentateurs s’égosillent pour rien, il a remis tous ses concurrents derrière.
Hamilton est un immense champion. L’un des plus grands, tous sports confondus.
Hélas! il faut payer un abonnement pour le voir à l’oeuvre.
Ses compatriotes le confondent parfois avec Neymar ! La différence est simple: Neymar est une invention des réseaux sociaux. Le premier qui doit sa gloire aux radotages sur la toile.
Neymar n’a pas le fluide des géants du sport. Vous le voyez courir, il n’a aucune grâce. Un jeu imbécile, prétentieux. Ronadinho lui était cent fois supérieur. Le dribble de Neymar n’est qu’un numéro de cirque. Il n’a pas compris qu’au bout de trois enchaînements, on est fatigué et plus du tout lucide.
Hamilton, casqué, quasi invisible dans sa F1 parvient à communiquer avec les connaisseurs des sports mécaniques car c’est un styliste comme Clark, G. Villeneuve et Senna. Il est beau à voir piloter. Il ne conduit pas avec le frein à main comme Charles Leclerc. Dire que Grosjean a déclaré ne pas comprendre pourquoi il ne gagnait pas autant d’argent que Lewis Hamilton parce qu’il faisait les mêmes courses que lui. Inouïe d’entendre ça ! C’est comme si Monfils voulait toucher autant que Federer. Chacun à sa place. Les premiers devant, les autres au rang d’etcetera. Le sport a l’avantage de révéler les imposteurs, au contraire de la littérature qui laisse abîmer le goût des lecteurs.
Lewis Hamilton va pulvériser tous les records: il dépassera les 100 victoires en Grand Prix.
Cette saison, il s’est excusé de toujours gagner. Il faudrait que les footballeurs français, de MBappé à Griezmann en passant pas Pogba s’inspirent de son humilité.
Remporter 92 Grands Prix, donc battre le record de Schumacher, tient de l’exploit irréalisable.
Je ne vois que Nadal avec ses 13 Roland Garros pour trouver une gamme d’exploits à sa hauteur. Pour soulever 13 fois le trophée des Mousquetaires, le champion espagnol a gagné 91 matchs à Paris !

Record de victoires en Grand Prix de Formule 1
1 Lewis Hamilton 92 en 262 courses
2 Michael Schumacher 91 en 307 courses

Classement championnats du monde 2020
1 Lewis Hamilton 256 points
3 Valtteri Bottas 179
2 Max Verstappen 162

Nombre de sacres de champion du monde
1er Michael Schumacher 7 (1994-1995-2000-2001-2002-2003-2004)
2 Lewis Hamilton 6 (2008-2014-2015-2017-2018-2019)
3 Juan Manuel Fangio 5 (1951-1954-1955-1956-1957)

24.10.20

L'éternel Ramos fait gagner le Real Madrid de Zidane devant le fantôme de Messi (Barcelone)

Comme prévu et espéré, Sergio Ramus a fait gagner le Real. Le défenseur héroïque est un talent complet: physique, technique et mental. Il dégage une force inouïe. Force corporelle et force spirituelle. Dès que les adversaires le voient dans le couloir des vestiaires, ils commencent à douter, habités par la peur. Ramos mérite bien sûr le Ballon d’or mais il ne l’aura jamais. Les votants sont incapables de voir sa lumière noire. Il est du niveau de Franz Beckenbauer. Un footballeur à l’ancienne car attaché à son club.

Le clasico de Liga, match aller
Samedi 24 octobre 2020
Barcelone 1-3 Real Madrid, 16 H
But pour le Barça: Ansu Fati 8′
Buts pour le Real: F. Valverde (5e), Sergio Ramos (63e p.), L. Modrić (90e)

APRES LE MATCH:
A la 63e minute, Ramos a fait basculer le match grâce à son talent et à son expérience.
Dans la surface adverse, le Madrilène provoque Lenglet, en masquant son geste. Le Français - encore un enfant du football- tombe dans le panneau et tire sur le maillot de Ramos qui en fait des tonnes en tombant à la renverse. Génial fourberie. Immense stratagème. On dit bravo: la roublardise fait partie intégrante du football, de la vie. A ce jeu-là, Ramos est un génie. Et comme il a un talent extraordinaire, quand il joue, le Real a 100 % de grinta. Sans lui, ça tombe à 30 %.
L’arbitre n’y a vu que du feu: PENALTY ! Bien sûr transformé par Ramos.
Comme quoi la VAR est l’arnaque du siècle. Elle ne sert à rien quant à la vérité de l’action. Fausse tout. L’arbitre a visionné en long en large la vidéo. Il a été incapable de voir que Ramos a surjoué la faute. Oui, il y a eu tirage de maillot, mais au départ c’est lui qui fait une micro faute. Et surtout, il n’y avait aucun danger de but. Certes le tirage a eu lieu dans la surface. Ce penalty a été sifflé pour respecter le règlement mais pour l’esprit du jeu, il ne fallait pas le siffler.
En face, on a vu un Messi totalement absent. Griezmann est entré à la fin. Quelle catastrophe ambulante. Le degré zéro du football. Dès qu’il n’est pas avec Deschamps, il n’existe pas. Incapable de s’imposer dans le vestiaire du Barça qui a fait l’erreur de vendre Suarez. On sent que Messi n’a plus envie de jouer.
Au Real, Benzema a fait un non match mais sa présence seule fait peur aux adversaires.
Varane a joué correctement. Comme à chaque fois que joue Ramos car son aîné fait 80 % du travail dans leur zone.
Zidane a donc fait taire toutes les critiques. Ses joueurs l’aiment toujours.
A noter, le but exceptionnel de Modric. Quand il réalise ce genre de chef d’oeuvre, extérieur du pied droit -c’était le seul geste à faire- il mérite un Ballon d’or à chaque match.
A la fin du match, Koeman a serré la main de Zidane qui est venu vers lui. Double attitude de grand respect mutuel. Deux géants du jeu, dans des genres différents.

AVANT LE MATCH:
Griezmann et Hazard n’ont-ils pas visé trop haut avec le Barça et le Real Madrid ?
Le championnat n’en est qu’à sa 7e journée que la vox populi madrilène demande déjà le départ de Zidane.
Une vraie honte: c’est lui qui porte le club depuis des années et des années. Comme joueur et entraîneur.
Ses détracteurs veulent mettre une autre légende à sa place: Raul !
C’est trop tôt. Il faut attendre le départ volontaire du Français avant de changer une icône par une autre icône.
Zidane est revenu et a conservé la plupart de ses joueurs.
Il est pour l’instant pas récompensé par la signature d’Eden Hazard.
Le Belge, quelle déception !
J’adorais ce joueur à Lille, à Chelsea, mais au Real il est incapable d’assumer son rang.
Il est toujours absent, éternellement blessé.
Ce n’est qu’une ombre. Appartient-il à ces joueurs qu’on a vu trop beau et qui dans un grand club ne supportent pas la pression ?
Zidane s’est aussi trompé avec le gardien Courtois. Navas est bien meilleur.
Modric est écrasé par son Ballon d’or qui aurait dû revenir à C. Ronaldo.
Parlons-en de CR7. Depuis qu’il est parti, le Real n’a plus de leader à part le géant Ramos.
Sans Ramos, le Real n’a plus d’âme et de défense. Ce n’est pas Varane qui va garder la maison. Sans Ramos, Varane se transforme en passoire. Varane est trop fébrile. On sent qu’il a peur dans ses contrôles. Son élégance masque ses carences.
En face, au Barça, Griezmann lui aussi n’est pas brillant. Pas capable de s’imposer comme titulaire.
Hazard et Griezmann sont des enfants. Quand je pense à Eric Cantona. Lui à peine arrivé à Man United, il s’est imposé comme un immense champion. La différence ? A 16 ans, Cantona était déjà un homme. Cantona a rayonné en Angleterre de 1992 à 1997. Hélas ! les matchs n’étaient pas retransmis à l’époque ! Heureusement que je l’ai vu à l’oeuvre à Old Trafford. Jamais je n’avais vu un joueur régner autant sur une rencontre. Il irradiait de lumière, comme tous les artistes qui ont la grâce. Cantona était à la fois Platini et Zidane. Un stratège buteur. C’est lui qui a fait Sir Ferguson et non pas le contraire.

[Post dédié à Raymond Kopa qui aurait été tant heureux de voir ce match]

:: Page suivante >>

Octobre 2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software