19.08.19

Sans jouer, Neymar traumatise le PSG à l'image du fantomatique Mbappé

Dimanche 18 août 2019
2e journée de L1
Rennes 2-1 Paris
Buts pour Rennes: Niang (44e), Del Castillo (48e)
But pour les touristes: Cavani (36e)

Paris a ouvert le score à cause d’une toile signée Da Silva.
Un but casquette, immérité.
Heureusement pour eux, les Rennais ont bien répondu par deux buts somptueux.
Paris n’a proposé que du vide.
Explication: l’ombre de Neymar.
A force de dire qu’il veut partir, tout en ne le disant jamais et bien sûr sans dire qu’il veut rester- vous me suivez (!)- il plombe le club.
Comme il veut partir, il dit sans le dire: le club n’est assez bien pour moi, donc il a contaminé les joueurs qui au lieu de se rebiffer pensent la même chose que lui. Tous les joueurs ne sont à Paris que pour l’argent: le PSG ce n’est pas Barcelone ou le Real. Ni Liverpool, ni le Bayern.
Neymar qui veut partir, lance aussi le message: je ne veux pas jour avec ces joueurs qui ne sont pas de mon niveau.
Neymar, sans jouer, sème la zizanie.
Tout comme sans jouer, il a réussi l’exploit de se faire suspendre deux fois: insultes en direction de l’UEFA, et mauvais geste sur un fan de Rennes.
Quelle gestion de bas étage !
Un grand joueur s’achète quand il n’est pas encore très connu donc pas cher.
Paris, lui, n’est bon qu’à faire de gros chèques.
A l’heure qu’il est: Neymar est très loin de pouvoir revenir à son niveau d’avant 2017.
Il se blesse sans cesse. A le moral dans les chaussettes.
Plus Paris amasse des euros sur son non, moins il joue.

17.08.19

Peter Fonda (1940-2019) & Dennis Hopper (1936-2010) nos héros d'Easy Rider (1969)

La scène finale d’Easy Rider (1969)

Toute une époque, celle des années 1960-1970.
Dans Easy Rider, on voit des copains prendre la vie du bon côté, se marrer, avoir besoin de se libérer des idées préconçues.
Nous sommes chez les héritiers des Dadaïstes, Surréalistes et de la Beat Generation.
Une époque carrefour, pleine d’espoir avec les hippies, les beatniks, le peace and love.
Le film avec son cortège de joints - et le reste- prône une liberté qui n’est pas du goût des conservateurs qui sont sous le jour le plus atroce, à savoir des tarés.
Quand j’ai vu le film qui finit de manière atroce, j’ai vite compris que pour vivre heureux, vivons cachés. La leçon du film remonte à très loin. Brassens chantait déjà en 1952 que “les brav’s gens n’aiment pas que l’on suive une autre route qu’eux“.
Le film contient toute l’époque qui marque la fin des Beatles. Une date d’une tristesse infinie.
Easy Rider est sorti en France, le 8 mai 1969, au Festival de Cannes.
Ensuite aux Etats-Unis, le 14 juillet 1969.
Les dates sont très importantes:

-Le 9 août 1969, la bande de Manson, un ramassis de ratés - anagramme de tarés- a accompli l’innommable dans la maison de Sharon Tate et Roman Polanski.
-Du 15 au 18 août 1969 a eu lieu le Festival de Woodstock mais après le 9 août, la fête était déjà finie.

Donc la belle époque fut très courte: trois mois ! Bien sûr, je ne parle pas des autres événements de l’actualité politique.
Easy Rider fut notre pamphlet pour dire: “Laissez-nous vivre comme l’on veut". La réponse criminelle a été orchestrée en plus par un abruti qui se prenait pour un Dylan inconnu.
Peter Fonda, Dennis Hopper et Jack Nicholson sont des héros qui renvoient aussi à l’amitié prônée dans les films de John Cassavetes.
Peter Fonda et Dennis Hopper ont coécrit le scénario avec un autre ami (Terry Southern).
Dennis Hopper fut le metteur en scène (Prix de la 1ere meilleur œuvre, au Festival de Cannes 1969). Peter Fonda, le producteur.
Je me revois dans un avion, au milieu des années 1970. Un vol Paris-Nice.
Dès mon arrivée à Orly, j’ai vu Dennis Hopper avec Henri Langlois, le créateur de la Cinémathèque. Je ne les quittais pas des yeux.
Au cours du voyage, j’étais à quelques rangées d’eux.
Moi, à gauche de l’allée. Eux, à droite.
Henri Langlois, en raison de sa forte corpulence, occupé deux fauteuils, avec les accoudoirs centraux baissés.
Dennis Hopper était sur le fauteuil juste derrière l’homme en veste noir.
Pendant tout le voyage, sauf au décollage et à l’atterrissage, Dennis Hopper resta collé au fauteuil de Langlois pour lui parler au-dessus de l’épaule.
Ils riaient souvent.
Dennis Hopper, tout en Lewis, chapeau de cuir avec une plume, était en totale admiration devant celui qui a sauvé tant de chefs d’œuvre de l’oubli.
Inoubliable. Je ne leur ai bien sûr pas dit un mot. Cela n’aurait servi à rien.

[Post dédié au cycliste italien Felice Gimondi (1942-2019]

Permalink 06:06:11, Catégories: LE GYM E BASTA, ANTI-FOOTBALL  

Les Niçois sont interdits à Nîmes !

Avant, pendant et après le match Nîmes-Nice aucun Niçois ne doit se trouver dans l’ancien fief du mythique Kader Firoud. Une écharpe du Gym autour du cou suffira à faire arrêter le porteur de ce bout de tissu marquant son attachement à Nice. A Nîmes, une écharpe aux couleurs du Gym troublerait le désordre public.

Samedi 17 août 2019
2e journée de L1 2019/2020
Nîmes-OGCNice

Le 9 août 2019, l’OGC Nice a fait part de son mécontentement d’un arrêté préfectoral interdisant aux Niçois le déplacement à Nîmes. Depuis, le Ministère de l’Intérieur en a remis une couche dans une décision officielle:

-"Le samedi 17 août 2019, de zéro heure à minuit, le déplacement individuel ou collectif, par tout moyen, de toute personne se prévalant de la qualité de supporter du club de l’OGC Nice, ou se comportant comme tel, est interdit entre les communes du département des Alpes-Maritimes, d’une part, et la commune de Nîmes (Gard), d’autre part".

Dommage qu’ils n’aient pas mieux surveillé ma chère Promenade des Anglais, cet atroce soir où vous et moi aurions pu mourir sur le sol de ma ville natale. C’est plus facile d’agiter la matraque devant des passionnés de football, cela donne l’impression que l’on s’occupe bien de la sécurité du peuple. Vivement que le club soit dirigé par notre puissant propriétaire anglais. En démocratie totalitaire, plus vous avez de l’argent, plus on vous respecte.

Les Aiglons n’ont donc pas le droit de jouer devant des Niçois, à l’extérieur. C’est un gros désavantage au coup d’envoi. Patrick Vieira a déclaré qu’il faut que Nice se comporte bien dans ce match pour ramener quelque chose aux fans, et même plus :“Nous avons envie d’aller chercher cette victoire pour eux". Un fait certain, on agit avec Nice comme si Nice n’était pas une ville française. On traite les Niçois en pestiférés.

Résultat:
Nîmes 1-2 OGCNice
Buts pour les Crocodiles: Ripart (45e, s.p.)
Buts pour les Aiglons: Cyprien (10e, s.p.), Ganago (16e)

Nîmes Olympique : Bernardoni - Alakouch, Briançon ©, Martinez, Miguel - Valdivia (Sarr 58e), Valls (Philippoteaux 79e), Bobichon - Ferhat, Ripart, Duljevic (Stojanovski 68e)

OGC Nice : Clémentia - Burner, Herelle, Dante ©, Coly - Tameze, Cyprien, Lees-Melou - Ganago (Thuram 83e), Lusamba (Cissé 76e), Sacko (Pelmard 52e)

Après la clôture de la 2e journée de L1, Nice est coleader.

16.08.19

La recluse. Le mystère Brigitte Bardot, Michel Goujon (Plon)

Brigitte Bardot parle de Marilyn Monroe. Un jour, elles ont été présentes dans une même pièce. Instant mythique. Brigitte Bardot a eu la force et l’intelligence de s’extirper des griffes de la gloire. Son équivalente américaine, elle, a été victime du vedettariat. Dans la condition féminine, B.B. est au-dessus de Simone de Beauvoir, car la comédienne ne portait pas de masques. En 2019, Brigitte Bardot est un monument vivant de la France. Il y a elle, puis tout de suite après, Delon et Belmondo. Brigitte Bardot est le plus beau synonyme de Liberté.

Ceux qui ne connaissent pas B.B. vont apprendre à la connaître dans le livre de Michel Goujon qui dresse le portrait qu’il convient : celui d’une icône mondiale. B.B est aussi célèbre que le général de Gaulle. Elle a un caractère bien trempé très apprécié par l’ancien président de la République- je parle de l’auteur de l’Appel du 18 juin 1940 bien sûr, pas d’un autre - qui l’avait invité à l’Elysée où il avait remarqué qu’elle était venue habillée en militaire ou tout comme. Les médias ont souvent présenté B.B. comme une ravissante idiote. Ils confondaient ce qu’elle avait joué à ses débuts avec la femme qu’elle était. Ensuite, la presse a opposé Brigitte Bardot à Jeanne Moreau. Grosso modo : l’intello contre la shampouineuse. Ils se sont mis le doigt dans l’œil. B.B. n’est pas moins intelligente que la comédienne qui joua avec Welles ou Buñuel. B.B. était la cible numéro 1. Les femmes voulaient lui ressembler, et celles qui ne pouvaient être dans la même catégorie la haïssaient de toutes leurs forces animées par une jalousie féroce. Les hommes ? Ils la voulaient pour maîtresse.
B.B. était le réceptacle de tous les fantasmes. On comprend que cela l’épuisait. Les producteurs misaient sur elle car elle remplissait les salles. La presse faisait des unes sur elle car elle faisait vendre. Après avoir atteint le sommet de la notoriété, elle s’est retirée du cinéma pour ne plus jamais y revenir. Une femme de parole. Elle entame ensuite son combat pour les animaux. Sur le tournage de son dernier film, elle sympathise avec quelqu’un qui a un mouton (ou une chèvre, je ne sais plus) et celui-ci : «A la fin du tournage, venez. On le (ou la) fait à la broche ! » Trop, c’est trop.
Brigitte Bardot a plus fait pour la condition féminine que Simone de Beauvoir. L’actrice ne portait pas de masques. Elle prouvait qu’elle n’était du tout un objet sexuel. On voyait bien qu’elle portait la culotte et envoyait balader son partenaire à la moindre entourloupe alors que l’écrivaine - comme ils disent- consommait de la chair fraiche féminine puis servait de rabatteuse auprès de son Jean-Sol Partre avant d’aller roucouler dans les bras de Nelson Algren. B.B dit qu’elle apprécie la …Marine Nationale ? On n’est pas obligé de partager tous ses avis qu’elle assume dans un pays où la langue de bois est la langue nationale. Des Sainte-Beuve discount la dézinguent dans des postures de bouffons. Il faut aussi rappeler que Beauvoir a travaillé à Radio-Vichy sous l’Occupation nazie. Pas de quoi se vanter, il est vrai.
Le parcours de B.B devrait faire réfléchir les candidats à la gloire qu’elle a refusée. Une manière de se sauver quand on voit la fin tragique de Marilyn Monroe et de tant d’autres. Grâce Kelly a dit bye-bye au cinéma mais elle est restée dans la lumière à Monaco sur le rocher princier. Garbo s’est sauvée aussi. Dietrich également. Avec B.B cela fait quatre recluses. Sauf que Bardot reste proche des gens : elle a mis dans la lumière le couturier Jean Bouquin et le guitariste Manitas de Plata. On dit qu’elle a rendu populaire Saint-Tropez. Erreur, l’Histoire désigne Colette. Dans les années 1920, l’écrivain - et non pas écrivaine- venait à Saint-Tropez en voiture avec Emmanuel Berl pour y faire sensation sur le port. C’est donc Colette qui a mis Saint-Tropez sur la carte de France. Colette et B.B se sont rencontrées. Le livre de Michel Goujon raconte et décrypte la scène. Et beaucoup d’autres. A lire pour apprendre, ou à lire pour le plaisir de revivre les Trente Glorieuses dont B.B est une figure de proue et sans doute LA figure de proue. C’est toute une époque : le soir de leur nuit de noces, B.B et Roger Vadim ont fait lit à part. Le papa de B.B a dit au jeune marié : le mariage a été prononcé mais il ne prend effet que le lendemain. Mazette !

-La recluse. Le mystère Brigitte Bardot, Michel Goujon. Plon, 430 p. , 21 €

15.08.19

Permalink 07:21:15, Catégories: FORZA ITALIA !, LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Correspondance (1945-1959), Albert Camus & Nicola Chiaromonte (Gallimard)

Non, les enfants d’Albert Camus ne raclent pas les fonds de tiroir pour faire tourner la caisse enregistreuse. Tout ce qui parait de leur père post-mortem sert sa mémoire, même son courrier du cœur qui n’a rien à voir avec les lettres au style gnangnan de François Mitterrand avec la mère de sa fille. Moi qui pensait l’inspiratrice de la Pyramide du Louvre au-dessus de la mêlée médiatique, quelle déception de subir son côté Paul Géraldy dont le seul talent était d’être lecteur de Georges Navel. (Le pire est à venir : celles de celui-qui-nomma-un-escroc- ministre-de-l’intérieur destinées à la version féminine d’Assurancetourix, le barde inaudible). Camus est un écrivain, lui. Mitterand, non, même s’il reste un fin lettré à côté de ses successeurs élyséens qui courent les librairies comme les laides de nuit de la Madeleine cherchent des clients. Il ne faut pas confondre la serviette de jadis avec les torchons d’aujourd’hui. Mitterrand rêvait d’être un écrivain mais il a choisi le pouvoir. Un constat flagrant : cela en dit long sur notre époque quand on voit des politicards avec une chanteuse ou une actrice- même si on est très loin des authentiques personnalités de la dimension de Véronique Samson et de Gena Rowlands. Tout est dit. Revenons à Camus qui a consacré sa vie à la littérature : roman, essais, théâtre. Un talent considérable. Lui n’a pas écrit : Camus à Eurodisney, Camus en scooter, Camus sous la pluie pour faire franchouillard, Camus prend le TGV pour faire croire qu’il ne prend pas l’avion, Camus sort avec une actrice de sixième zone, Camus met des talonnettes… Lui s’est pressé le citron. A écrit comme on joue à la roulette russe.
Pour continuer sur la différence entre lui et les imposteurs, écoutez ça : en février 1947, Camus n’avait pas de table chez lui ! Oui, aucune table pour manger ou écrire. Rien de rien. Incroyable ! Il n’était vraiment pas bricoleur car il lui suffisait de trouver une vieille porte (ou des planches de chantier), puis de la poser sur des caisses en bois de bouteilles de vin, par exemple. Camus n’avait pas l’esprit débrouillard à la Boris Vian qui était aussi un manuel, comme Marcel Pagnol. Donc Camus n’avait pas de table : c’est dire son niveau de vie matérielle quand on songe à ceux qui vivent toute leur vie aux crochets de la République, retraite comprise, avec gardes du corps en plus.
Dans le nouveau livre de correspondance, des lettres de Camus disent son désarroi devant la «débâcle nerveuse spectaculaire» de sa femme Francine. Souffrait-elle des autres liens que Camus entretenait avec d’autres femmes ? Il n’a jamais abandonné sa femme, délaissé oui. Je pense à Philippe Soupault qui m’a dit : «Ré a pardonné, mais pas oublié»… Ré, sa troisième épouse, de son côté m’a dit : «Quand on est avec un poète, il faut le laisser totalement libre». Francine avait-elle autant de capacité à fermer les yeux que Ré ? Camus culpabilisait : il ne pouvait pas écrire quand sa femme souffrait. Dans une fiction à la télé, le scénariste fait dire à Francine : «Quoi tu vas écrire sur l’amour mais qu’est-ce que tu y connais en amour !» Après l’absurde, le suicide, la révolte, Camus voulait s’attaquer à l’amour. Catherine Camus, la fille du couple, a fini par laisser publier la correspondance Camus-Casarès car elle sait que cela ne détruit pas l’union Camus-Francine. D’autres lettres avec d’autres femmes dames dorment au fond de certains tiroirs. On n’est pas sûr de toutes les lire.
Celles envoyées à Nicola Chiromonte sont sur l’amitié, l’amourtié pourrait-on dire ? Les deux amis qui se connaissent depuis le début des années 1941 sont très attentifs l’un vis-à-vis de l’autre et Camus ne joue jamais au grand homme face au fan. On le sait depuis qu’on a connu ses liens avec Michel Vinaver, un autre de ses correspondants préférés avec Louis Guilloux. Dans sa correspondance avec l’Italien, Camus parle beaucoup de la situation politique, lui l’ancien communiste éphémère déçu par les tortures des soviétiques sanguinaires.
Camus était un solitaire solidaire pas que dans ses livres. Dans la vie, il a donné l’hospitalité à Chiromonte qui n’a jamais oublié la fraternité de l’auteur de L’Etranger. Il lui demandait des livres que Camus lui envoyait toujours dès qu’il le pouvait. Une très belle amitié avec la littérature en toile de fond. Apprendre qu’il n’avait pas de table reste l’information la plus importante du livre. A méditer, encore et encore.

-Correspondance (1945-1959), Albert Camus & Nicola Chiaromonte. Edition établie, présentée et annotée par Samantha Novello. Gallimard, 233 p., 22 €.

:: Page suivante >>

Août 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software