27.02.17

Paris et Nice dans la roue de Monaco

Classement de la L1
1 Monaco 62 pts 27 m + 53
2 Paris 59 pts 27 m + 36
3 Nice 59 points 27 m + 23

Permalien 00:03:20, Catégories: LITS ET RATURES  

Le Journal intégral (1951-1986) de Matthieu Galey (Bouquins/Robert Laffont)

Journal intégral comme nu intégral ? On n’en est pas loin, en tout cas dans ce qu’il nous donne la transparence est là.
Matthieu Galey (1934-1986) n’a pas fait d’œuvre ou plutôt son œuvre est d’avoir parlé de celles des autres. Il a chroniqué la vie littéraire et théâtrale de son temps. A sa mort, les éditions Grasset ont publié son journal qu’il a tenu dans le sillage de ceux de Renard et Léautaud. Il existe pire comme références. Le journal de Galey n’a pas la densité de ceux de ses aînés mais il savait être méchant comme eux à bon escient ! D’ailleurs la direction littéraire de chez Grasset avait tellement eu la possibilité de mesurer sa science du dézingage qu’elle avait amputé le journal de tout ce qui pouvait nuire aux pontes des éditions Grasset. Le plus puissant d’entre eux ayant disparu à son tour, le Journal reparaît en 2017 dans sa globalité avec les passages jadis mis à la poubelle.
Toute la vie littéraire est passée à la moulinette par Matthieu Galey. Enfin presque: je connais une histoire sur lui que je préfère ne pas raconter. Attention, rien de grave. Cependant, je la garde pour moi. Je la tiens d’un ancien cycliste devenu porteur de service de presse à domicile.
Matthieu Galey savait tenir sa plume qu’il conduisait comme une voiture. Parfois vite, toujours contrôlée et quelques fois au bord des précipices sans jamais tomber.
Il avait la dent dure mais jamais pour se faire plaisir. Il voit les gendelettres comme de précieux ridicules.
C’est un portraitiste de haut parage. En peu de mots, il fait voir Jean d’Ormesson sous son vrai jour. Tous ses portraits d’écrivains sont d’une grande justesse. Un vrai peintre avec des mots. Il n’y a rien de trop. Il savait s’arrêter là où il faut. Il en dit plus sans le dire, c’est la marque des écrivains, des vrais écrivains.
Il a eu raison de d’écrire un bon journal plutôt que vingt mauvais romans.
Le 23 octobre 1965, il note: “Le Pen pour que ça marche, il lui faudrait ma gueule et nos couilles à tous les deux". Qui dit ça ? Alain Delon au policier Roger Borniche qui a aujourd’hui 97 ans, puisque je vois qu’il est né en 1919 !
14 février 1953, il note :"Le coup de génie de Beckett c’est d’avoir donné un patronyme à l’infini, à l’espérance, la certitude, le désir, la terreur, l’éternité, enfin la vie, l’absolue, le mythe…” Tout cela est bien dit à propos d’ En attendant Godot… J’y ajoute, la mort. En attendant Godot= En attendant la mort.
Mathhieu apprécie Aragon, Mauriac, Morand mais pas Troyat, Maurois et Genevoix. Chacun ses goûts. Genevoix c’est exceptionnel sur la 14-18.
Malade, incurable, le diariste choisit le marbre de sa tombe.
11 février 1958: “Ecrire âmitié pour y retrouvez l’âme et vânité, pour y débusquer l’âne…” Seul un écrivain peut trouver ce genre de féérie littéraire.

-Le Journal intégral (1951-1986) de Matthieu Galey. Bouquins/Robert Laffont, 1248 p., 30 €

26.02.17

Permalien 18:42:15, Catégories: BLONDINEMENT A XV  

Le rugby en pleine déconfiture: dopage, alcoolisme, cocaïne...

Voici un document sur ceux qui ont porté haut le rugby.

Ces derniers temps, le rugby français est en pleine déconfiture: les Bleus sont abonnés à la défaite et surtout ils n’ont aucun style, pas un seul grand joueur.
A part ça, les rugbymen sont surtout présents dans les pages faits divers.
Les anciennes gloires étrangères qui viennent en France faire fructifier leur palmarès salissent le maillot qu’ils portent.
Untel se fait prendre au volant, avec un taux d’alcool prohibé.
Deux autres se font pincer le nez dans la cocaïne.
D’autres encore sont embourbés dans des histoires de dopage.
Tout ça pour vous dire que les valeurs du rugby vous savez où je me les mets.
J’aimais le rugby avec Albaladejo, les frères Boniface, les frères Spanghero, Rives, Blanco.
La nouvelle génération est pleine de Kournikova. Des joueurs surtout bons sur les calendriers et dans les pages publi-rédactionnelles.

Dimanche 26 février avec Messi, Rooney, C. Ronaldo et OM-PSG

Les 250 buts de Rooney à Man United. Mourinho le laisse sur le banc ! Rooney est un Red Devil historique tandis que Mourinho n’est qu’un transfuge de Chelsea. A ce jour, Rooney a refusé de quitter MU pour aller jouer en Chine où un contrat de 60 M€ l’attendait. Le meilleur buteur de MU et de l’équipe nationale d’Angleterre a été mis sur le banc par Mourinho qui lui préfère Ibrahimovic, entre mercenaires on se comprend.

Dimanche 26 février 2017

*La Liga
Atlético Madrid 1-2 FC Barcelone
Le Barça a gagné grâce à Messi. Iniesta ne fut qu’un fantôme. En face, Griezmann a encore perdu un match important, cela n’aura pas d’importance sur sa vie de mannequin dans les pubs.

*Finale de la League Cup, 17 h 30
Manchester United 3-2 Southampton
Les joueurs de Claude Puel méritaient de gagner, d’autant plus qu’ils se sont vus refuser l’ouverture du score pour un hors jeu qui n’existait pas sur la frappe du buteur. MU a gagné grâce à Ibrahimovic qui a de beaux restes mais ce MU n’est pas le mien avec Rooney qui mendie sa place sur le bord de touche avant d’aller reprendre sa place en tribune. MU s’est fait bouger toute la seconde mi-temps. Une piètre victoire.

*La Liga
Villarreal 2-3 Real Madrid
Menés 2-0, les Madrilènes sont parvenus à prendre les trois points. Chapeau les artistes !

*Ligue 1
Marseille 1-5 PSG
Pôôôôôôôôôvre OM ! Endoume aurait mieux fait. Une chose certaine: vous intervertissez les deux coachs et vous obtenez exactement le même résultat. Avec les joueurs actuels du PSG, Courbis serait aussi champion de France. Ollé-Nicolle également.

Permalien 08:55:22, Catégories: GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

George Harrison, le Beatles revient chez les disquaires

George Harrison, né le 25 février 1943 à Liverpool, est mort le 29 novembre 2001 à Los Angeles. Il reste l’un des plus grands guitaristes du monde.
Il fut incinéré, et ses cendres ont été, à sa demande, répandues dans le Gange, en Inde
Voici réunis dans un luxueux coffret en édition limitée tous les albums solo de George Harrison.
Ce coffret comprend les 12 albums studio, le double album “Live In Japan” ainsi que 2 maxi vinyles picture, “When We Was Fab” et “Got My Mind Set On You”.
Chaque album a été réédité à l’identique et est également disponible à l’unité. Il faut compter entre 24 ou 30 euros pour un album.
Désormais tous les albums solo de George Harrison sont maintenant disponibles en vinyle, qui plus est comme au temps de leur sortie.
George Harrison avait ni plus ni moins autant de talent que John Lennon et Paul Mc Cartney qui lui ont fait de l’ombre au temps des Beatles. Ringo Starr lui ne prétendait rien d’autre que d’être un batteur mais il était lui aussi beaucoup plus que cela.
Au temps des Beatles, George Harrison fut l’auteur de trois chansons mythiques:
Something
Here comes the sun
While my guitar gentley Weeps

George Harrison a apporté dans la musique toute la vague indienne, la sitar, la cool attitude. Une musique planante, un Moustaki anglais.
Dans les Beatles, il est ce qu’est M. Carrick à Man United. On le croit subalterne alors qu’il est indispensable.
En solo, il a donné un cultissime My sweet Lord.

http://catalogue.universalmusic.fr/GeorgeHarrison/

:: Page suivante >>

Février 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28          

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software