02.12.16

Permalien 11:46:57, Catégories: FORZA ITALIA !, GRAND MONSIEUR, GOOOOL DO BRASIL !  

Un album chez Solar sur les "60 ans de Ballon d'Or, footballeurs de légende"

Le 13 décembre 2016, on remettra le Ballon d’Or 2016 à Cristiano Ronaldo, c’est un secret de Polichinelle, même si on tente régulièrement de le salir, comme la récente affaire fiscale concernant ses droits à l’image. Si Messi et Neymar du Barça sont condamnés alors CR7 doit l’être aussi, ben voyons…
Tout le monde sait que le Portugais, couvert de trophées 2016, les plus grands (Euro avec le Portugal, C1 avec le Real Madrid) est loin devant, intouchable. Avec quatre Ballons d’Or, il se rapproche de Lionel Messi, le joueur de Catalogne en collectionne déjà cinq. Tous les deux sont de la même génération, un peu comme au temps de Platini et Maradona. Si dans la classe politique, le personnel se dégrade, pas en football qui génère toujours d’authentiques champions.
Un bel album présente tous les gagnants du trophée depuis sa création en 1956.
Le trophée, le plus grand à titre individuel, a été créé par France Football, sous l’impulsion des superbes journalistes Gabriel Hanot (ancien international, immense personnalité du football), Jacques Ferran, Jacques Goddet et Jacques de Ryswick (dont je conserve pieusement les ouvrages). A sa création, la récompense est réservée aux joueurs européens.
En 1995, le mode d’éligibilité est modifié: chaque footballeur jouant dans un club européen peut obtenir le Ballon d’Or, à l’exemple du Libérien George Weah.
En 2007, l’attribution devient générale est récompense le meilleur joueur du monde, quelle que soit sa nationalité et quel que soit le club au sein duquel il évolue, en Europe et ailleurs. Aujourd’hui, Pelé et Maradona l’auraient donc aisément si…
Il est donc logique que France Football publie chez Solar une rétrospective globale du trophée.
On y voit des photographies de sa réserve de la caserne d’Ali Baba de presse-sports. J’ai déjà eu l’occasion de regarder la collection alors dans de gros albums près du Palace, faubourg Montmartre. Quel choc pour moi d’aller dans ces locaux mythiques où je croisais Max Urbini et Gérard Edelstein !
L’album s’ouvre sur Stanley Matthews et se referme sur Messi et Ronaldo. Le joueur anglais semble être le grand-père de l’Argentin et du Portugais. Le look a changé terriblement. Il faut dire que Matthews a joué très tard en professionnel.
L’ensemble fourmille de chiffres en tous genres: nombre de buts, classement de chaque Ballon d’Or avec les dauphins mais l’on ne se souvient que des lauréats.
Il y a aussi des entretiens avec les Ballons d’Or extirpés des archives du magazine France Football.
L’album permet de voir l’évolution du look, de la prise de paroles.
Ce livre est un très bon gardien de la mémoire.

-60 ans de Ballon d’Or, footballeurs de légende. Collectif France Football. Préface de Jean-Pierre Papin. Solar, 175 p.,24,90 €

01.12.16

Permalien 22:49:29, Catégories: De GAULLE ET MITTERRAND SONT MORTS  

La France n'a plus de président de la république et trois pontes sont écartés du pouvoir (MM. Sarkozy, Juppé et Hollande)

Le président Hollande ne se présente pas aux présidentielles 2017.
Désormais, il expédie les affaires courantes, comme un intérimaire. Finalement 5 ans ce n’est pas assez car la dernière année est forcément bâclée par la politique politicienne.
En quoi son renoncement est un scoop puisqu’on savait qu’il ne participerait aux primaires ?
On ne pouvait pas avoir un candidat du PS, et un président socialiste candidat à sa succession.
Le président en exercice a jeté l’éponge.
Macron, lui, s’est marginalisé: il ne pèse pas lourd.
Reste tous les postulants de la gauche, Montebourg et sans doute Valls, le favori qui désormais à les mains libres. Le combat va pouvoir commencer, la place est bonne.
Hollande a le mérite d’éviter d’affaiblir encore plus le PS.
Ce que j’ai le moins aimé dans le hollandisme: tout l’épisode privé mis dans les médias par sa maîtresse congédiée, plus l’épisode du scooter, sans parler des collaborateurs véreux.
Voilà tout un pan de la présidence qui a tout gâché.
Fin 2016, un constat évident: MM. Sarkozy, Juppé et Hollande sont renvoyés aux rayons des antiquités. Une page se tourne. Une lourde page.
Dans ses adieux, François Hollande avait la voix blanche avec presque des trémolos à des moments cruciaux. C’est lui qui scie la branche. Une vraie décision alors qu’on lui reproche de ne jamais trancher.
Beaucoup de gens vont le regretter car on regrette toujours ce qu’on ne reverra jamais.

30.11.16

Nice donne sa réponse à la L1: les Aiglons sont de nouveau leaders !

15e journée de L1
Mercredi 30 novembre 2016
Guingamp 0-1 OGCNICE
But pour les Aiglons: Belhanda (5e)

EA Guingamp : Johnsson - Ikoko, Sorbon, Kerbrat, Marçal - Deaux (Diallo, 78e), Didot, Blas (Mendy, 57e) - Coco, Briand ©, Salibur (De Pauw, 75e)

OGC Nice : Cardinale - Ricardo, Dante ©, Sarr, Dalbert - Koziello, Cyprien, Seri (Bodmer, 84e) - Belhanda, Eysseric (Walter, 89e) - Plea (Donis, 78e)

Classement
1 OGC Nice 36 pts 15 m / 11 3 1/ 27 10/ + 17
2 Paris 35 15/ 11 2 2/ 30 8/ + 22
3 Monaco 33 pts 15/ 10 3 2/ 44 16 + 28

AVANT LE MATCH
L’enjeu est simple: si Nice gagne à Guingamp, les Aiglons reprennent la tête de la L1 puisque Monaco vient de faire 1-1 à Dijon.
Paris, lui, recevra Angers, un math facile s’il en est.
Inutile de dire que les tchatcheurs du Paf voient Nice perdre.

APRES LE MATCH
Et dire qu’il n’y a pas si longtemps on jouait pour le maintien à … 42 points et que nous en sommes déjà à 36 … en 15 maths !!!
Nice a gagné 11 fois en 15 matchs, époustouflant !
Nice a un parcours de champion de France.
Il va falloir rester calme et poursuivre son chemin.
Les Aiglons ne sont pas arrivés à mettre le second but qui détresse mais tenir le score étriqué à l’extérieur faut le faire !
Cardinale a fait de gros arrêts.
La victoire à Guingamp rattrape les deux points perdus bêtement face à Bastia.
Grande réponse.
La joie toute en retenue de Lucien Favre est magnifique à voir. Sa venue à Nice est un transfert phénoménal. Fallait y penser. Les dirigeants ont vraiment tiré le gros lot. Lucien Favre est un entraîneur Champion League. Je ne le connaissais pas du tout. Un manager pour l’élite: d’ailleurs il a met Nice parmi l’élite. C’est sûr que des clubs du Top Ten européen vont vouloir le faire signer.
Félicitations à tout l’OGCNICE. Merci.

Lista dos Jogadores de Chapocoense e journalistas brasileiros mortos

Tous ces amis morts, des amis qu’on ne connaissait pas, des amis si proches.

Lista dos Jogadores da Chapocoense e journalistas brasileiros mortos. *
En hommage au Brésil, j’ai conservé leur langue.

C’est la quatrième tragédie aérienne qui frappe des footballeurs:
en 1949, l’équipe du Torino est décimée
en 1958, Manchester United…
en 1993, la sélection nationale de Zambie

*Liste des joueurs de Chapocoense et des journalistes brésiliens morts dans le crash d’avion en Colombie le 29 novembre 2016. Ils se rendaient à la finale sud-américaine de ce qui correspond en Europe à la finale de l’Europa League.

28.11.16

Permalien 12:26:00, Catégories: THE RED DEVILS  

A Old Trafford, le MU de Pogba incapable de vaincre le 16e...

Depuis la retraite de Sir Ferguson, en 2013, l’Histoire de MU est plus forte que son présent. Aucun manager ne parvient à remettre MU au sommet du football, au moins britannique. Mourinho pas plus qu’un autre. C’est Guardiola qu’il fallait et qu’il faut.

Premier League
Dimanche 27 novembre 2016
Manchester United 1-1 West Ham
But pour MU: Ibrahimovic (21e)
But pour les visiteurs: Sakho (2e)

Mourinho ne réussit pas plus que van Gaal, Moyes et Giggs.
MU, a la 13e journée, n’est même pas en position de disputer la C1 2017.
Il est évident que Chelsea, City, Liverpool, Arsenal sont supérieurs à l’actuel groupe de Mourinho qui est incapable de vaincre, à la maison, le 16e du championnat.
Ce MU-là a la grâce d’une plante en plastic.
Il faudrait s’extasier sur une passe de Pogba à Ibrahimovic ? Une passe qui rapporte 1 point. Triste vendage.
Le théâtre des rêves est de plus en plus la cave des cauchemars.
Tant d’argent dépenser pour le ventre mou de Premier League.

Man United: De Gea; Valencia, Jones, Rojo, Darmian; Herrera; Pogba, Mata (Mkhitaryan 65e), Rashford (Rooney 65e); Lingard (Fellaini 85e), Ibrahimovic.
Sur le banc: Romero, Blind, Schweinsteiger, Young.

West Ham: Randolph, Cresswell, Kouyate, Lanzini (Ayew 74e), Obiang, Sakho (Fletcher 65e), Noble, Collins, Ogbonna, Payet (Feghouli 90e + 4), Antonio.
Sur le banc: Adrian, Nordtveit, Zaza, Fernandes

Statistiques du match
Possession: United 68%, West Ham 32%
Tirs: United 17, West Ham 5
Tirs cadrés: United 8, West Ham 2
Corners: United 8, West Ham 4

Classement
1 Chelsea 31 pts 13 m + 19
2 Liverpool 30 13 + 18
3 Manchester City 30 13 + 17
4 Arsenal 28 13 + 15
5 Tottenham Hotspur 24 13 + 9
6 Manchester United 20 13 + 3

:: Page suivante >>

Décembre 2016
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software